Se faire enfler par une campagne de com

Alors que la polémique autour de Streeteo prend de l’ampleur partout,  Michel Veunac veut compenser les conséquences désastreuses de la politique de stationnement à Biarritz par une campagne de communication de dernière minute.

A l’inverse, à Bordeaux Alain Juppé prend de plus en plus conscience du problème lié à l’augmentation du coût stationnement et revient sur les décisions prises qui risquent de compromettre l’activité économique du centre ville (voir l’article de France bleu). Mais, à Biarritz on préfère tout miser sur une campagne de com pour colmater les brèches.

Comme si quand le bateau prend l’eau, il était encore utile de faire des déclarations pour prétendre le contraire.

Le 21 février dernier, à quelques heures de ce qui devait être une réunion publique de concertation où les Biarrots allaient enfin être entendus par le Maire, celui-ci l’annulait en se dégonflant face à la mobilisation grandissante qu’il avait évidemment perçue sur le sujet (lire l’article de Bisque bisque basque).

Dans un communiqué, il annonçait un report pour une autre réunion “sur invitation” donc forcément bien mieux contrôlée prévue pour le 6 mars.

Aucun habitant, ni riverain des zones les plus concernées, aucun salarié biarrot n’a été invité à la réunion avec le Maire

Pour prendre tout le monde de court, cette réunion a finalement été avancée au 2 mars remplacée par un déjeuner à la Mairie où seuls les responsables des associations de commerçants étaient conviés. Aucun habitant, ni riverain des zones les plus concernées, aucun autre salarié biarrot. Or, certains semblent l’oublier mais à Biarritz il n’y a pas que les commerçants qui essaient de travailler…

Le Maire plus conciliant que jamais sur la forme, ne cède en réalité sur rien d’important

C’est donc dans la Salle du Conseil municipal avec plateaux repas pour tout le monde et présentation Power point parfaitement marketée que le Maire est apparu bien plus conciliant pendant 2h pour ne céder sur quasiment rien d’important et endormir les commerçants épuisés par un combat qu’ils n’avaient pas vocation à livrer seuls tant il nous concerne tous.

flyers_pub

La mesurette qui va “relancer l’attractivité économique (…) et lever les freins liés au stationnement”

Et pour mieux faire passer la pilule, une mesurette sous forme d’Appel d’Offre à la va-vite pour lancer une campagne de communication destinée à “relancer l’attractivité économique (…) et lever les freins liés au stationnement”. L’aveu ferait sourire s’il était seulement pathétique et pas si dramatique pour la vie économique du centre de Biarritz.

En d’autres termes, le Maire dépense l’argent public pour valoriser les rares dates destinées à faire exception à sa politique de stationnement. Vive la cohérence !

Screen Shot 2018-03-13 at 20.09.21

L’appel d’offre de la campagne de publicité a été publié sur le site Internet de la Ville le 6 mars pour un rendu finalisé le 15 mars, soit 9 jours maximum pour que les agences répondent avec une proposition aboutie et finalisée sans avoir aucune garantie d’être retenues. Les agences les plus sérieuses ont en général des plannings assez remplis, peu compatibles avec le fait de créer toute une stratégie de communication professionnelle (y compris graphique) dans un délai si court. D’autant moins quand elles ne sont même pas sûres d’être choisies et donc d’être rémunérées pour le travail de création réalisé.

Mais au-delà, si l’on s’interroge sur la pertinence de la stratégie de la Mairie on arrive à se demander : pourquoi choisir une campagne de communication sur 3 samedis de stationnement gratuit en plein pendant les vacances, une période où la ville est déjà saturée.

Et en lisant un peu plus en détail l’appel d’offre, on découvre que la réponse doit prévoir un plan media sur la période du 7 au 22 avril “ qui englobe les vacances scolaires de notre zone (incluant aussi Bordeaux/ Pau / Landes), mais aussi (…) celles de Paris et de Toulouse.”

Screen Shot 2018-03-13 at 23.26.58

Effectivement l’argument du stationnement gratuit le samedi est probablement décisif pour le tourisme biarrot. On sait bien que le Parisien décide au dernier moment de sa destination de vacances. Et sur un coup de tête grâce à une publicité il se dit “Tiens, samedi, je vais aller faire du shopping à Biarritz, le stationnement est gratuit”.

Plus sérieusement, quel peut être l’impact d’une campagne faite dans une telle précipitation? Probablement aucun et c’est bien dommage, les professionnels du tourisme et les commerçants (dont beaucoup songent déjà à quitter la ville tant l’hiver y est devenu long…) auraient eu cruellement besoin d’un coup de pouce marketing pensé avec suffisamment de recul pour avoir un réel impact sur leur activité.

Le retour sur investissement de cette campagne où tout semble improvisé et où les délais sont compressés à l’extrême (4 jours seulement du 26 au 30 mars pour la réalisation technique : plaquette, affiches, spots radio… certains risquent de dormir très peu) sera probablement au mieux anecdotique au pire nul.

Comme pour la plupart des contrats de la Ville, le budget alloué à cette opération n’est évidemment pas mentionné dans l’Appel d’offre et ne sera probablement pas rendu public par la suite, il sera intégré au budget alloué à la communication de la Ville. On ne saura donc pas combien cette mesurette va coûter au contribuable biarrot.

Le bonheur, c’est simple comme un coup de com!

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s