Jean-Baptiste Aldigé à Biarritz : Y a patron au BO !

Il a la démarche déterminée des joueurs qui entrent sur le terrain prêts à tout pour en découdre.
C’est qu’à 34 ans Jean-Baptiste Aldigé se retrouve à la tête d’une entreprise qui fait vivre 70 personnes à Biarritz et fais vibrer 2 fois par mois près de 6000 amoureux du rugby au stade Aguilera.
Mais il ne faut pas trop s’attendrir sur son visage poupon, il analyse vite, lit entre les lignes et a la répartie rapide et implacable de la génération twitter (@jbaldige).
Dans un contexte financier et stratégique où l’avenir du BO (Biarritz Olympique) semblait sérieusement compromis, il arrive avec une idée précise de la direction que doit prendre le Club. Il a pour lui le soutien et la confiance de son ami Louis-Vincent Gave, Président du Conseil de Surveillance du Club.

Et quel soutien! La famille détient aujourd’hui plus de 70% du capital du BOPB, une situation inédite qui leur laisse les mains libres.

IMG_6167
Ceux qui jusque-là jouaient des divisions pour profiter du flou perdent ainsi leur influence mais qui pourrait le regretter? En effet, après des mois d’hésitations dans tous les sens qui semaient le trouble même parmi les plus fidèles supporters blanc et rouge, on peut au moins se féliciter que maintenant il y a un capitaine dans le navire et le cap est clairement donné.

IMG_6159

Sa bio en quelques dates
1984 – naissance à Agen
2003 – départ pour Pau où il partage son temps entre le rugby et ses études de droit, Economie et Sup de Co à Bordeaux
Il part ensuite faire un Master en marketing international au Royaume-Uni, puis aux Etats-Unis et enfin en Nouvelle-Zélande où il joue pendant un an à Wellington
2010 – Il arrive à Hong-Kong pour rejoindre le RFC Valley pensant y rester un an, il remporte 3 titres nationaux avec le club et rejoint l’équipe nationale de son pays d’adoption.
2013 – Création à Hong-Kong de sa société Sport Inside Asia, une régie publicitaire qui est notamment à l’origine de la Natixis Rugby Cup
2018 – Présidence du BO-PB et installation à Biarritz

Effectivement, on a reproché à Jean-Baptiste Aldigé d’avoir fait le ménage peut-être un peu vite. Mais il a 34 ans et c’est sans doute l’âge où l’on a peur de rien, où l’on ose tout pour avancer et voir réaliser ses projets. Justement des projets pour le Club il en a à revendre.

IMG_6173
Tout le monde sait qu’il aime passionnément le rugby mais sans doute faut-il arrêter de spéculer sur ses réelles intentions. Lui, que beaucoup continuent d’appeler le “Hongkongais” pensant sûrement à tort que la formule est péjorative. Il en est fier, Jean-Baptiste Aldigé aime Hong-Kong, il y était heureux et avait construit sa vie là-bas. Sait-on qu’en réalité ce sont d’abord des raisons personnelles qui l’ont poussé à rentrer en France? C’est en cherchant à revenir dans le Sud-Ouest qu’il découvre la situation du BO. Ayant une société de marketing sportif, il commence naturellement par s’intéresser à la régie commerciale du Club.

Le départ inattendu du tandem Ledoux-Gufflet lui laisse les mains libres pour aller au-delà et réaliser ses ambitions pour le rugby biarrot.
Et l’ambition sans doute la plus noble n’est-elle pas la formation ? C’est sa grande fierté, celle qui a convaincu Louis-Vincent Gave de participer au projet. Celle qui donne tout son sens au Club et qui sera également son avenir. Parce que réaliste, Jean-Baptiste Aldigé explique : “ Si demain on s’en va, on veut avoir créer un écosystème qui permette au BO de retrouver une autonomie pour garantir sa survie. C’est tout le sens de notre stratégie avec des investissements dans les structures dont la formation pour que le BO puisse subvenir à ses besoins”.

 

On l’a accusé à tort de vouloir faire de l’argent sur le dos du club. Louis-Vincent Gave et lui ont déjà investi 5 millions d’euros pour relancer le BO, il va falloir en vendre des billets pour récupérer cet investissement…

Non, on ne gagne pas d’argent avec le Rugby en France. On en perd bien souvent. L’enjeu le plus fréquent est donc de ne pas en perdre trop, tout en garantissant l’indépendance du club. Et loin des politiques et des intérêts particuliers lorsque l’on interroge Jean-Baptiste Aldigé sur ses ambitions. Effectivement, elles sont de tailles et elles dénotent.

IMG_6176

Les nouveaux hommes forts du BO voient loin, ils regardent à long terme. Et au-lieu d’aller acheter des joueurs, ils parient sur l’avenir du potentiel biarrot. Ils viennent de lancer “les mercredis du BO” (comment ça vous n’en aviez pas encore entendu parler, Sud Ouest aurait-il oublié de traiter le sujet?…). Une formule pour les 5-11 ans inédite en France, destinée à encadrer les enfants la journée du mercredi en leur faisant découvrir de nombreux sports (Athlétisme, Base-ball, Hip-Hop…) et progressivement à permettre au Club de détecter ceux qui ont un potentiel intéressant pour faire du rugby. En effet, en plus des activités du mercredi les enfants qui participent se voient proposer un entrainement de rugby le samedi matin et un accés aux matchs du Club.

Un nouveau terrain pour les plus jeunes
Parmi les nouveautés encore en cours de réalisation, le nouveau terrain sur lequel les tractopelles s’activent ces jours-ci.
Ce terrain situé juste derrière le stade devrait être livré d’ici un mois et sera inauguré par les jeunes pousses du BO, les enfants biarrots qui ont la chance de participer le mercredi à toutes les activités proposées par le club.
Pour le moment, ils sont une soixantaine garçons et filles entre 5 et 11 ans (du CP au CM2) et l’ambiance est si détendue que même les parents ont du mal à quitter les lieux le matin quand ils déposent leur progéniture.
Les Mercredis du BO, Stade Aguilera, tous les mercredis 9h-18h, Infos 05 59 01 61 45

 


Mal accueilli par de nombreux politiques et mal traité par la presse omnipotente locale, Sud-Ouest évidemment, Jean-Baptiste Aldigé s’amuse de ces maladresses qui en réalité et, il le sait bien, lui servent à resserrer les rangs des supporters du BO et des amoureux du Rugby autour de ce qu’il est entrain de construire.
Avec son ami, Louis-Vincent Gave, ils apportent incontestablement le vent de fraîcheur et d’optimisme dont le Club avait tant besoin et qui portera sans doute ses fruits y compris au-delà des pelouses d’Aguilera.

IMG_6203

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s